Article publié dans les Carnets de Vauban du Journal de l’Économie.

« Si grand que soit le verre que l’on nous tend du dehors, nous préférons boire dans le nôtre, tout en trinquant aux alentours ». Par cette célèbre formule, reprenant celle d’Alfred de Musset, prononcée lors de son allocution radiotélévisée du 27 avril 1965, le Général de Gaulle fit l’éloge de l’indépendance et de la souveraineté nationale si durement acquise et conservée après-guerre. Dotée d’une diplomatie ambitieuse et d’une armée au service de sa dissuasion nucléaire, la France affirmait ainsi fièrement sa puissance retrouvée.

Plus de cinquante ans plus tard, la France ne boit plus dans son verre, mais directement aux robinets américains et chinois. Si notre armée conserve encore aujourd’hui une relative indépendance technologique (encore qu’il y aurait énormément à écrire sur le sujet en matière de drone, spatial, turbine…), à tout le moins en comparaison avec les autres nations européennes (ce qui n’est pas dur), la situation française sur le front de la guerre numérique est à l’image de celle de l’Europe : catastrophique.

[…]

Lire la suite de notre article sur le Journal de l’Économie.



Mentions légales & CGU | Données personnelles & Cookies | Copyright©2019-2020 MANDIL Avocats. Tous droits réservés.