Article publié dans les Carnets de Vauban du Journal de l’Économie.

Le développement et la maitrise de l’intelligence artificielle (IA), sujet, certes, fortement médiatique, constitue l’un des principaux enjeux stratégiques de ce XXIe siècle. Mis en exergue par une célèbre formule du président Russe Vladimir Poutine en 2017 – « celui qui deviendra le leader dans ce domaine sera le maître du monde » – les enjeux de l’IA ont conduit les Etats-Unis et la Chine à y investir massivement au cours de ces dernières années.

Dans un rapport publié mardi 1er juin, la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Commission européenne (CE) reviennent sur les enjeux économiques, scientifiques, géostratégiques, militaires et sociétaux de cette technologie (et de la blockchain) pour l’Europe. Elles rappellent que l’IA aurait par exemple joué un rôle clé dans l’accélération du développement et de la production de vaccins contre le Covid-19. Soulignant le fait que les régions à la traîne dans la course à l’IA verront probablement leurs parts de marché mondiales diminuer dans plusieurs secteurs clés, de la finance et du commerce électronique à la fabrication et à l’exploitation minière, et pourraient voir à terme leur sécurité et leur indépendance menacées, le rapport s’alarme du retard pris par l’Union européenne en la matière. Le rapport s’inquiète en particulier du manque d’investissement de l’Europe dans la recherche et le développement (R&D) en matière d’IA et pointe le faible rôle joué par les grands investisseurs institutionnels comme les fonds de pension et assureurs dans le financement des start-ups européennes en phase avancée dans ce secteur.

[…]

Lire la suite de notre article sur le Journal de l’Économie.

Mentions légales & CGU | Données personnelles & Cookies | Copyright©2019-2020 MANDIL Avocats. Tous droits réservés.